rencontres littéraires

En partenariat avec l’auteure et chercheuse Mazé Torquato Chotil, nous vous présentons les rencontres littéraires .

Nous invitons à chaque mois un écrivain lusophone, qui nous présente son œuvre lors d’une discussion entièrement en portugais avec Mazé.

Les rencontres se déroulent à l’institut tous les derniers vendredis du mois. Nous vous accueillons à partir de 19h00 pour un apéro brésilien (buvette et petite restauration proposées sur place). La présentation commence à 19h30 et s’achève par un échange avec le public.

Afin d’assurer votre place, merci de vous inscrire via le formulaire en bas de la page.

Prochaine édition du vendredi 25 janvier : Gaia a roda da vida

Telma Brites Alves, née en 1963 à l’intérieur de Bahia. À 10 ans, elle s’installe à Salvador où elle étudie le théâtre amateur et obtient son diplôme en sciences sociales à l’UFBA, spécialisé en anthropologie médicale. Adolescente, elle aimait lire Kafka, Simone de Beauvoir et Sartre. Après ses études, en quête d’aventure, elle s’installe en Guyane française. En 1997, elle vient en France et passe le CAPES afin d’enseigner le portugais. Actuellement, elle vit à Sechtem, en Allemagne, où elle enseigne le portugais dans une école privée. Elle consacre son temps libre à s’occuper de sa famille et à réaliser son rêve d’écrivain.

Gaia : a roda da vida, nous raconte l’histoire de Gaia Gottesstein qui à ses 7 ans perd mystérieusement sa mère dans un accident d’avion. Neuf ans plus tard, son père à son tour disparaît dans les fonds marins sans laisser de traces.

Gaia se voit obligée de quitter les États-Unis où elle habitait ainsi que les personnes qu’elle aimait pour vivre sous la tutelle de ses oncles dans une petite ville d’Allemagne. La jeune femme se retrouve là au cœur d’une histoire énigmatique liée au passé de sa famille et où elle est le personnage central.

La survie de Gaia dépend de la croyance et de l’acceptation des projets auxquels elle est prédestinée. Où est la limite entre la réalité et l’imaginaire ?

 

Inscrivez-vous :

——————————————————————–

Historique des éditions précédentes:

Septembre 2015 – Milton Blay : Direto de Paris, coq au vin com feijoada

Octobre 2015 – Maurício Vieira : Poesia, fotografia e Angola

Novembre 2015 – Jérôme Souty : Motel Brasil

Janvier 2016 – Márcia Bechara :  l’ensemble de son oeuvre

Février 2016 – Marco Guimarães : Meu pseudônimo e eu

Mars 2016 – Paula Anacaona : la traduction du portugais vers le français

Avril 2016 – Luiz Andrade Silva : Crónicas da terra longe

Mai 2016 – Alberto da Silva : La dictature brésilienne, les films d’Ana Carolina et Arnaldo Jabor

Juin 2016 – Viviane Fuentes : O Pescoço da Girafa, A tromba do elefante, A língua do tamanduá

Septembre 2016 – Marcelo Marinho : Guimarães Rosa et l’énigme d’une mort annoncée : jagunços et poètes dans une autofiction allégorique 

Octobre 2016 – Nuno Gomes Garcia : O dia em que o sol se apagou

Novembre 2016 – Rômulo Marques : Voos e sonhos na mata

Février 2017 – Hélène Seingier : Génération Favela

Mars 2017 – Ana Clark : Chico Buarque, recortes e passagens

Mai 2017 – Mazé Torquato Chotil : Lembranças da Vila

Juillet 2017 – Marcia Camargos : Monteiro Lobato e os modernistas brasileiros – antagonismos e convergências na busca da identidade nacional

Septembre 2017 – Dominique Stoenesco, traducteur de Mon cher cannibale

Octobre 2017 – Izabella Borges, traductrice de Un crime délicat

Novembre 2017 – Roniere Silva Menezes : Cabral, Rosa e Vinicius: Literatura, música e diplomacia

Novembre 2017 (édition spéciale) – rencontre du groupe Mulherio das Letras Europa

Décembre 2017 – Mauricio Vieira : A árvore oca

Janvier 2018 – Natan Barreto : Bichos: poesias desenhadas

Février 2018 – Eliana Bueno, traductrice des Contes de Perrault

Mars 2018 – Fabiano Ormaneze : La poétique de la presse – Journalisme et Littérature au Brésil.

Avril 2018 – Christiane de Murville : A Caverna Cristalina

Mai 2018 – Rodrigo Dias : Lettres pour Irene

Juin 2018 – Aleilton Fonseca : La guerre de Canudos

Septembre 2018 – Boumé Boubekeur (auteur de “L’homme de Rio”) et Antoine Chareyre (traducteur de “Parc industriel”, de Patricia Galvão)

Octobre 2018 – Guiomar de Grammont – Les ombres de L’Araguaia (Palavras cruzadas)